Conseils pour optimiser les formations linguistiques en entreprises

L’importance de l’anglais dans le monde du travail aujourd’hui

Vous vous souvenez combien de temps il vous a fallu pour apprendre une nouvelle langue ? Que vous ayez commencé votre apprentissage enfant ou adulte, il y a fort à parier que vous n’avez pas oublié les années d’efforts pour parvenir au niveau de maîtrise souhaité.

L’anglais est l’une des langues les plus parlées à travers le monde. L’on pense souvent qu’apprendre l’anglais est facile et rapide – d’ailleurs, nombre d’organismes promettent une réussite instantanée. Mais en réalité, un adulte dont l’anglais n’est pas la langue maternelle aura besoin au minimum de 600 heures d’enseignement de qualité et de 600 heures de pratique à l’oral pour maîtriser convenablement l’anglais dans un cadre professionnel.

Dans un environnement en mutation rapide, l’anglais est un réel investissement qui apporte de nombreux avantages – personne ne le contestera. L’anglais peut permettre d’accéder à de meilleurs postes, mais aussi à un bassin de connaissances partout dans le monde ; c’est donc un réel facteur de développement personnel et professionnel.

Qu’il s’agisse des hautes sphères de la direction, des cadres moyens ou même des jeunes recrues, les collaborateurs qui maîtrisent l’anglais ont davantage de contacts avec leurs pairs et développent plus facilement des idées dans leur secteur. Les entreprises qui adoptent l’anglais comme langue officielle de communication peuvent attirer des talents plus divers et bénéficient d’une perspective véritablement internationale, ce qui leur permet d’innover davantage et de générer un chiffre d’affaires supérieur à celui des concurrents moins diversifiés.

Depuis quelques années, la manière dont nous échangeons des informations, collaborons au-delà des frontières et gérons le changement au travail évolue très rapidement. Et ce n’est pas une coïncidence si parallèlement, la maîtrise de l’anglais gagne en importance.

Le 21e siècle, en particulier, se caractérise par un échange sans précédent d’informations et d’idées au-delà des frontières. Avec le développement des compétences en anglais à l’échelle mondiale et la baisse du coût des transports et des services de communication, ce brassage est amené à s’accélérer encore davantage.

Cela a un impact non seulement pour les professionnels désireux de se tenir informés des meilleures pratiques internationales, mais aussi pour les entreprises. La maîtrise de l’anglais permet d’accéder à des viviers de talents et d’expertises qui seraient restés hors de portée il y a quelques années encore.

Les outils de collaboration en ligne, ainsi que les conférences ou TED talks se multiplient, permettant une communication plus fréquente et informelle entre les collaborateurs de différents sites. Or, elles requièrent une langue commune : l’anglais.

Le monde du travail évolue rapidement et exige de plus en plus

des collaborateurs qu’ils se forment de manière continue et mettent à niveau leurs compétences. Là aussi, l’anglais est essentiel pour accéder à ces nouveaux apprentissages. C’est un facteur clé d’adaptabilité. Les mutations profondes du cadre professionnel entraînent un changement culturel fondamental : désormais, il est nécessaire d’apprendre tout au long de la vie.

Une récente étude du McKinsey Global Institute a montré que pour deux tiers des postes, une part importante des tâches pourrait être automatisée. Or, les professionnels dont l’emploi est supprimé doivent se reclasser – et des compétences supplémentaires telles que la maîtrise de l’anglais sont essentielles pour trouver sa place dans la nouvelle donne.

Sur le marché de l’emploi, le fossé entre ceux qui maîtrisent et ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais sera amené à se creuser.

D’autre part, la collaboration joue un rôle essentiel en entreprise aujourd’hui. Il est donc urgent d’améliorer le niveau d’anglais des employés, pour optimiser le flux d’informations au sein de l’organisation.

La dernière édition du rapport EF EPI met en évidence un écart de plus de trois points, dans toutes les régions, entre le niveau des managers et celui des dirigeants et des employés.

Engliish-training

En effet, les managers ont tendance à interagir avec leurs collègues et leurs clients à l’étranger plus fréquemment que leurs subordonnés, si bien qu’ils pratiquent davantage l’anglais. En outre, puisque les compétences en anglais sont précieuses, ceux qui maîtrisent l’anglais sont souvent promus à des postes de management.

En revanche, les membres de la direction sont souvent plus âgés ; à leur époque, la maîtrise de l’anglais était moins importante. Quant aux juniors, ils n’ont pas encore développé toutes leurs compétences professionnelles.

Améliorer la maîtrise de l’anglais à tous les niveaux permettrait donc aux entreprises de diffuser l’information plus rapidement et d’accéder à des viviers de talents plus divers. Et même s’il n’y a pas de recette miracle pour apprendre « rapidement et facilement » l’anglais, il s’agit d’un investissement qui porte ses fruits.

Ainsi, le niveau d’anglais n’a jamais été aussi bon, ce qui paradoxalement, fait de la langue de Shakespeare une compétence essentielle pour rester compétitif. Les professionnels doivent échanger avec leurs collègues et leurs clients, mais ils sont nombreux à ne pas pouvoir le faire du fait de leurs lacunes.

Les entreprises seraient bien avisées de tester l’ensemble de leur personnel pour identifier les faiblesses stratégiques en anglais et combler les lacunes entre le niveau actuel de maîtrise de la langue et le niveau visé.

Chez EF, nous aidons des sociétés en plein essor à tester et former leurs collaborateurs. Nous développons pleinement le potentiel de ces derniers grâce à des programmes d’anglais spécifiquement conçus pour l’entreprise et des fonctions ciblées – afin qu’ils puissent atteindre leurs objectifs.

Évaluez le niveau d’anglais de votre entreprise En savoir plus

Partagez cet article