Dernières actualités sur le voyage, les langues et les cultures par EF Education First
Menu

5 villes à l’étranger qui se soucient de l’environnement

5

Jour après jour, avril s’écoule jusqu’à la Journée mondiale de la Terre. En effet, chaque année, le 22e jour de ce mois est un événement important durant lequel nous célébrons notre planète, mais prenons également acte des problèmes graves qui l’affectent.

Toutefois, nous ne devrions pas avoir besoin d’un jour spécifique pour rendre hommage à ce glorieux phénomène que nous appelons la Terre. Nous devrions l’honorer chaque jour, en témoignant notre reconnaissance à la nature qui nous entoure. Des séquoias géants qui, forts de leur sagesse millénaire, insufflent de l’oxygène à notre monde, jusqu’à la plus infime particule de terre riche en minéraux qui donne vie à des milliards d’organismes reproductibles.

À partir de cette micro-vision, élargissons notre horizon. En l’honneur de la Journée de la Terre, observons cinq villes qui prennent leurs responsabilités en matière d’impact sur l’environnement, en réduisant les déchets et la pollution.

1. San Francisco

Ville où sont implantées certaines des entreprises les plus avant-gardistes de la planète, dont Facebook et Google, San Francisco est une terre de valeurs progressistes et d’innovation technologique. Depuis l’annonce, en 2012, que 80 % des déchets de la ville allaient être acheminés vers des usines de recyclage au lieu d’être déversés dans des décharges, elle est devenue la première ville américaine en matière d’élimination durable des déchets.

Et ce n’est pas tout. La Bay Area compte plusieurs centaines de bâtiments certifiés LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), témoignant ainsi de sa prise de conscience quant à la gestion de sa production énergétique. Oh, et n’oublions pas la culture gastronomique – la cuisine végane est abondante dans la ville de l’amour ; il n’y est question que d’agriculture locale et de « tambouille » d’origine durable.

2. Singapour

La ville-état souveraine – minuscule plaque tournante insulaire de l’architecture ultramoderne et de l’innovation économique – se sent très éloignée de la plupart des pays qui l’entourent tels que la Malaisie et l’Indonésie. Son espace vert le plus emblématique, le Gardens By the Bay, abrite un bosquet d’imposantes structures arborescentes, les Super-trees, qui recueillent l’énergie solaire pour alimenter, chaque nuit, un vibrant spectacle de lumière. Ces « arbres » sont également peuplés de milliers de plantes à croissance verticale.

Les jardins constituent un précédent en matière de « construction durable », qui s’étend à l’ensemble de la ville, avec de plus en plus de panneaux solaires, de systèmes de conservation de l’eau, d’espaces de travail partagés et de jardins sur les toits intégrés à l’aménagement urbain.

3. Vancouver

Nichée en pleine nature, au cœur de la Colombie-Britannique – composée, d’un côté, d’une étendue étincelante d’océan Pacifique et, de l’autre, des sommets enneigés des Rocheuses – on comprend aisément pourquoi Vancouver est une ville écologique.

Elle fait d’ailleurs bon usage de son environnement naturel extraordinaire, avec ses marchés fermiers de produits frais locaux répartis aux quatre coins de la ville et sa fantastique application TapMap qu’il suffit de télécharger pour localiser les fontaines d’eau potable les plus proches. La majeure partie de la ville est également piétonnière, dotée d’un réseau de pistes cyclables en pleine expansion qui s’étendent au-delà de la 10e Avenue Ouest.

Et ce n’est pas fini, d’ici 2020, Vancouver a l’ambition de devenir la ville la plus verte du monde, en réduisant ses émissions de carbone de 33 %. En outre, elle s’est engagée à planter 150 000 arbres supplémentaires. Bravo, Vancouver !

4. New York

Lorsqu’il est question de villes soucieuses de l’environnement, New York est probablement le dernier endroit qui nous viendrait à l’esprit. Et pourtant, avec près de deux millions d’habitants entassés dans un minuscule espace de 22,7 miles carrés sur l’île de Manhattan, être une ville durable est un must.

La Big Apple a le taux de possession de voitures le plus bas de l’ensemble des États-Unis. Et plus d’1,5 million d’habitants utilisent le métro comme moyen de transport, contribuant ainsi à un très faible niveau d’émissions par habitant. De plus, la myriade de tours et d’appartements (dans lesquels les gens utilisent moins d’espace et partagent leurs ressources) contribue à l’efficacité énergétique globale de la ville.

5. Séoul

Leader mondial de l’innovation technologique, Séoul est l’une des « villes intelligentes » originales de la planète où la technologie sert à influencer la vie publique et l’aménagement urbain.

Par exemple, elles collectent et partagent ouvertement des données électroniques concernant la ville (recueillies auprès de citoyens, d’appareils et de machines) au moyen d’Internet. Certaines de ces données sont utilisées pour fournir des mises à jour en direct et des statistiques à leur système de transport public intégré, afin que les gens puissent connaître leur fréquence d’utilisation des trains et les moments où il est préférable de les utiliser.

Les opérateurs ferroviaires sont en mesure de gérer aux mieux les ressources et leurs résidents ont également la possibilité de se soucier davantage de l’environnement.

Trouver une ville verte où étudier à l’étrangerEn savoir plus

Explorez le monde et étudiez une langue à l'étranger

En savoir plus