Anglais et société

Le niveau de maîtrise de l’anglais des adultes est une mesure importante de l’ouverture d’une société. Là où les adultes ont appris à parler anglais, ils sont aussi, dans l’ensemble, plus mobiles sur le plan international, plus impliqués dans la vie politique, plus progressistes dans leur vision des rôles spécifiques à chaque sexe. Cela ne veut pas dire qu’il existe une relation nette de cause à effet ici. En revanche, il semble probable que les mêmes forces qui poussent les gens à adopter l’anglais comme outil mondial de communication augmentent également l’ouverture et réduisent les inégalités.

Équilibre des forces

La maîtrise de l’anglais des adultes est en corrélation avec l’indice de la distance hiérarchique (Power Distance Index) de Hofstede, qui mesure la proportion dans laquelle les membres au bas de l’échelle d’une organisation acceptent que le pouvoir soit distribué inégalement. L’indice saisit les perceptions de l’inégalité tant dans les milieux professionnels que dans les structures familiales. Un score élevé dans l’indice est typique des systèmes hiérarchiques rigides dans lesquels les subalternes et les jeunes sont censés obéir aux ordres d’en haut. Dans ces sociétés, des niveaux élevés d’inégalité sont la norme, de même qu’une moindre maîtrise de l’anglais. À l’opposé, on trouve des pays et des régions où les entreprises à modèle horizontal prospèrent, où la tolérance à l’inégalité est faible et où les idées sont valorisées, quel que soit l’âge ou l’ancienneté des personnes. Dans ces endroits, la maîtrise de l’anglais a tendance à être plus élevée.

Voir à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur

Bien que l’anglais ne remette pas directement en cause la hiérarchie, il peut contribuer à élargir les horizons d’une société. La demande d’apprentissage de l’anglais n’a jamais été aussi élevée et il ne sert à rien d’apprendre l’anglais si l’on ne prévoit pas de communiquer et voyager au-delà des frontières. Ce mouvement confère la liberté d’observer comment fonctionne le reste du monde. Nous constatons une très forte corrélation entre la connectivité mondiale d’un pays et son niveau d’anglais, ainsi que des corrélations solides entre l’anglais et les indices de démocratie, de libertés civiques et de droits politiques. Après le contact avec le monde extérieur, les gens se posent généralement des questions sur leurs propres sociétés, s’impliquent davantage dans les problèmes mondiaux et dans de nombreux cas, demandent des changements. Il existe une très forte corrélation entre la maîtrise de l’anglais et le Good Country Index (graphique E), une mesure composite de la contribution d’un pays à l’humanité dans son ensemble, laissant de côté son histoire.

La moitié du ciel

Les femmes forment une partie essentielle de la main-d’œuvre compétente du 21e siècle. Dans la plupart des pays, à la fois les riches et ceux en voie de développement, les femmes sont plus instruites que les hommes. Cependant, leurs opportunités d’emploi sont limitées par les écarts salariaux, les déséquilibres structurels ainsi que par les attentes culturelles, notamment le fait qu'elles doivent contribuer davantage aux tâches non rémunérées à la maison. Tous les pays ont à gagner en luttant contre ces déséquilibres.

Dans les sociétés où les rôles attribués aux hommes et aux femmes sont plus progressistes, les gens parlent mieux l’anglais. Le rapport sur l’écart entre les sexes du Forum économique mondial évalue la situation des femmes par rapport aux hommes en matière de participation économique, de niveau d’instruction, de responsabilisation politique et de santé. L’EF EPI est étroitement lié à cet indice (graphique F). Là encore, il n’y a pas de simple lien de cause à effet. Parler anglais ne suffit pas à améliorer les droits des femmes. En revanche, les sociétés qui valorisent l’égalité des sexes ont tendance à être plus riches, plus ouvertes et plus orientées vers l’international, et ce sont aussi les endroits où l’on parle le mieux l’anglais.

Graphique E : L’anglais et l’engagement international

Good Country Index (inversé) Score EF EPI Source : Anholt, 2018

Graphique F : L’anglais et l’égalité des sexes

Indice d’écart mondial entre les sexes Score EF EPI Source: Forum économique mondial, 2018

Parlez au monde

Les gens capables de parler l’anglais peuvent interagir avec le monde au-delà de leurs frontières. Il existe une corrélation positive entre les compétences moyennes en anglais d’un pays et sa connectivité avec le monde.

Score EF EPI Source : Indice de connectivité mondiale, 2018