Dernières actualités sur le voyage, les langues et les cultures par EF Education First
Menu

Anglais US vs. UK : frères ennemis – registre alimentaire

Anglais

Nous revoilà dans un autre épisode de la série de frères ennemis plébiscitée par tous et, cette fois, nous allons plonger au cœur de ce que nous aimons tous deux plus que tout : la nourriture. Lorsqu’il s’agit de commander à manger en anglais au Royaume-Uni et aux États-Unis, il existe quelques différences linguistiques frappantes qui compliqueront votre choix entre un double cheeseburger ou une pizza épaisse.

Parce que personne n’a de temps à perdre, séparons les tortillas des tacos et découvrons tous les mots que vous devriez connaître avant de vous lancer dans un voyage gastronomique outre-Atlantique.

Digestive biscuit ou graham cracker (biscuit)

Tom : si vous vivez au Royaume-Uni, vous connaissez probablement ces biscuits, aimés de toute la famille et traditionnellement servis avec une tasse de thé, dans laquelle on peut, si on le souhaite, les tremper. Écrasés, ils peuvent également servir de base pour le cheese cake. Qu’est-ce qu’un Graham Cracker, au fait ? Est-ce une marque ? Qui est Graham ?!

Martinique : le biscuit Graham a été inventé en 1829 par le ministre presbytérien, Sylvester Graham. À l’origine, on le considérait comme un aliment sain du régime Graham, destiné à faire disparaître ces euh… « pulsions charnelles ». Aujourd’hui, il entre dans la composition de l’une des meilleures friandises de feu de camp au monde : les S’mores !

Il suffit de prendre un biscuit Graham (de préférence au miel), d’y ajouter un chocolat Hershey (impérativement de marque Hershey) et un morceau de guimauve grillée sur le feu et recouvrir le tout d’un autre biscuit Graham pour obtenir l’un des meilleurs sandwichs de l’histoire du monde.

Courgette ou zucchini (courgette)

Tom : avant d’arriver à maturité, une courge est une… courgette ! Il s’agit en fait d’une courge aux extrémités bizarres, pas tout à fait mûre, qui ressemble à un concombre. Ce mot britannique vient (sans surprise) du vieux français « courge », dérivant du mot latin « cucurbita », auquel s’ajoute le suffixe « ette » pour introduire la notion de version plus petite que l’original, tout comme le suffixe « ito » en espagnol, mais en plus français.

Martinique : le mot « zucchini » vient de l’italien « zucchino », qui signifie précisément « petite courge ». C’est logique, puisque la courgette telle que nous connaissons et l’aimons aujourd’hui est en fait une variété de courge d’été développée par les Italiens. Même si la cuisine française n’est que fantaisie et variété, employer le mot « zucchini » pour commander des courgettes, accompagnant la parole d’une gestuelle typiquement italienne, est bien plus amusant. (de plus, le mot « courgette » fait penser à un vieux vêtement pour dames.)

Coriander ou cilantro (coriandre)

Tom : je reconnais que « cilantro » a l’air beaucoup plus exotique que « coriander », mais, comme d’habitude, le mot britannique provient d’une source solide, sophistiquée et classique. Cette fois, en l’occurrence, il s’agit du grec ancien « koriannon », parce que les Grecs d’autrefois s’y entendaient pour préparer de bons repas à base de coriandre (enfin probablement).

Martinique : en fait, nous utilisons aussi le mot « coriander », mais, pour être précis, nous l’employons pour parler de la plante entière avec ses feuilles, tandis que « cilantro » désigne plutôt ses graines. Les Américains sont plus familiers avec le mot « cilantro », utilisé pour désigner la coriandre qui entre dans la composition de notre guacamole et de nos sauces, car aucun plat n’est plus américain que les apéritifs mexicains.

Pepper ou bell pepper (poivron)

Tom : ce doit être l’un des légumes les plus sujets à controverse du monde. Partout en Europe, on lui attribue un nom différent selon les pays, afin de le différencier des autres types de poivrons existants. Au Royaume-Uni, nous l’appelons simplement « pepper », car il doit s’agir du premier que nous n’ayons jamais vu. Lorsque de nouveaux poivrons ont fait leur apparition, nous leur avons simplement donné d’autres noms.

Martinique : c’est tout simplement évident : nous appelons les poivrons « bell peppers », parce qu’ils ont la forme d’une cloche (bell). Tu sais, tout comme les petits enfants qui s’assoient dans les champs et regardent les nuages en essayant de leur attribuer la forme d’un dinosaure, d’un chien ou d’un panda avec un sabre de lumière, je suppose que quelqu’un a employé exactement la même méthode pour trouver le nom de bell peppers.

Ice lolly ou popsicle (sucette glacée)

Tom : popsicle ? Sérieusement ? On dirait le nom d’un groupe de filles des années 1990. Au Royaume-Uni, lolly est l’abréviation de lollipop (sucette), mot composé de « lolly », qui signifiait « langue » dans un ancien dialecte britannique, et de « pop » qui désigne une saveur acidulée. Par conséquent, le mot « lollipop » désigne une friandise acidulée destinée à être léchée. Je suis sûr que c’était tout à fait logique il y a 100 ans.

Martinique : lolly n’a aucun sens. C’est comme chercher un moyen plus mignon de dire « LOL » sans y parvenir. « Pop » désigne un goût acidulé ou de la musique fantastique et le mot « sicle » vient de « icicle » (glaçon), ce qu’il est. Tout le monde a déjà essayé de lécher un glaçon, il est donc logique de considérer l’une des friandises estivales préférées des Américains comme une confiserie à lécher pouvant éventuellement geler la langue.

Si vous voulez épater vos collègues autour du distributeur de boissons, parlez-leur donc de Frank Epperson, ce Californien de 11 ans, inventeur des sucettes glacées. En effet, au début du 20e siècle, ce jeune garçon oublia à l’extérieur, par inadvertance, une cuillère plantée dans un reste d’eau et de limonade pendant toute une nuit et le tout gela. La suite appartient à l’histoire… tout miel tout sucre.

Candy floss ou cotton candy (barbe à papa)

Tom : si vous vivez aux États-Unis, vous serez confronté à cela à un moment donné, donc mettons immédiatement les choses au clair : utiliser le mot « cotton candy » pour demander une barbe à papa au Royaume-Uni ne vous attirera que des regards méprisants. Ce terme est tellement américain, qu’il en devient dérangeant. « Candy » désigne une sucrerie (bien qu’assez bizarrement, nous ne l’utilisons pas au Royaume-Uni pour désigner tous les bonbons dans leur ensemble) et « floss » vient du mot français « floche » qui se réfère à des fils de soie. Les mots que nous employons sont si distingués !

Martinique : floss ?!?! Sérieusement ?! Floss me fait penser à du fil dentaire et qui voudrait se souvenir de son dentiste lorsqu’il s’apprête à manger précisément ce que ce dernier lui déconseille le plus. Cotton candy est tout simplement un nom idéal pour désigner la barbe à papa : une friandise qui ressemble à du coton. GÉNIAL !

Image de Heather Katsoulis, Flickr / Creative Commons

Etudier l'anglais à l'étrangerEn savoir plus

Explorez le monde et étudiez une langue à l'étranger

En savoir plus