Dernières actualités sur le voyage, les langues et les cultures par EF Education First
Menu

8 conseils pour vaincre votre peur de prendre l’avion

8

Pour certains voyageurs, prendre l’avion est une démarche effrayante. Même s’il est avéré que les accidents d’avion sont rares, aucun discours bienveillant tel que « voler n’a jamais été aussi sûr qu’aujourd’hui ! » ne rassurera jamais tout à fait un passager effrayé – la peur ne s’inscrit pas dans un processus de rationalité ou de logique. En fait, elle semble s’accompagner d’une certaine ironie. En effet, c’est parce que les accidents d’avion ne se produisent presque jamais que cela les rend si effrayants dans l’esprit de nombreuses personnes. Mais l’avion est l’un des modes de transport les plus sûrs ; en 2015, plus de 3,5 milliards de passagers ont emprunté 37,6 millions de vols et il n’a été recensé que quatre accidents mortels.

Afin que vous puissiez profiter pleinement de toutes les beautés de notre monde merveilleux, voici quelques conseils pour vaincre votre peur de prendre l’avion.

1. N’AYEZ PAS PEUR DES TURBULENCES

Voici une bonne et une mauvaise nouvelle. Commençons par la mauvaise : le changement climatique augmentera probablement l’apparition de turbulences, y compris les turbulences en air clair, surgies de nulle part. La bonne nouvelle : les turbulences ne sont qu’un inconvénient parmi d’autres et ne sont pas aussi dangereuses que vous le pensez. En fait, un avion ne se déplace pas de plus de six mètres lors de la secousse. De même, les ailes de l’appareil ne se rompront pas – même si certaines peuvent effectivement plier jusqu’à 90 degrés – et l’avion ne se retournera pas brusquement. Cependant, de sévères turbulences peuvent causer des blessures, assurez-vous donc d’attacher votre ceinture dès qu’apparaît la consigne lumineuse et dès que vous vous asseyez.

2. NE VOUS PRÉOCCUPEZ PAS DES AUTRES DÉTAILS EFFRAYANTS

Les vols en avion sont similaires à la natation, formés d’un courant d’air continu, ils ne comprennent des trous ou des poches d’air que sous forme de turbulences – voir paragraphe ci-dessus. Ainsi, tout comme pour un lac ou un océan, il est impossible de tomber du ciel. Vous êtes inquiet au sujet des moteurs ? Les moteurs d’avion sont très fréquemment vérifiés et, même dans le cas très improbable où ils tomberaient en panne au même moment, sachez qu’un avion volant à environ 30 000 pieds peut planer sur une distance d’environ 160 km sans moteurs et tenter un atterrissage d’urgence. Dernier point, mais non des moindres, si vous craignez que quelqu’un n’ouvre les portes en cours de vol, soyez rassuré : les portes sont verrouillées et la différence de pression entre la cabine et l’extérieur empêche ce mythe urbain de devenir une réalité.

3. TÉLÉCHARGEZ UNE OU DEUX APPLICATIONS

Pour toute chose dans la vie, il existe une application et la peur de prendre l’avion ne fait pas exception à la règle. L’application SOAR vous soutiendra avant, pendant et après le vol en mettant à votre disposition des vidéos, des informations relatives aux turbulences, un indicateur de force G, des prévisions météorologiques et bien plus encore. Si vous êtes un adepte des statistiques, consultez l’application Am I Going Down, qui effectue à la lettre ce qu’annonce son titre ; vous saisissez les données de votre vol et découvrez la probabilité de vous écraser. Cela peut sembler légèrement morbide, mais puisque les accidents sont extrêmement rares, connaître le rapport des chances peut être utile. Pour vous donner un exemple illustrant combien l’application Am I Going Down peut être encourageante, sachez qu’en volant de Londres à New York, les chances de vous écraser sont d’environ une sur plus de 5,3 millions. Pour périr dans un accident d’avion sur ce trajet précis, il vous faudrait voler tous les jours pendant 14 716 ans.

4. DISTRAYEZ-VOUS

Moins vous passerez de temps à vous inquiéter des risques – en interprétant chaque bruit et en observant chaque mouvement des agents de bord – mieux ce sera. Lisez, jouez à des jeux, regardez tous les films à votre disposition et écoutez votre musique préférée autant que vous en aurez l’opportunité. Si rien de tout cela ne vous semble attrayant, sachez que dormir et manger sont également d’excellents moyens de faire passer le temps.

5. PRATIQUEZ DES EXERCICES DE RELAXATION

Même si vous n’avez pas peur de prendre l’avion, les sièges minuscules et le manque d’espace pour vos jambes peuvent vous stresser, les exercices de relaxation et de méditation peuvent donc s’avérer extrêmement utiles. Informez-vous sur Google (ou cherchez dans votre App Store) et téléchargez-les ou imprimez-les afin de pouvoir les pratiquer même pendant l’atterrissage et le décollage. Lorsque les consignes lumineuses ne sont pas allumées, veillez à étirer vos jambes (et autres parties du corps) et à déambuler dans l’avion de temps en temps.

6. CONFIEZ-VOUS À L’ÉQUIPAGE OU AU PASSAGER ASSIS À VOS CÔTÉS

Parfois, confier votre peur à vos voisins de siège immédiats ou à un membre de l’équipage peut vous soulager. Dites-leur ce qu’ils peuvent faire pour vous aider. Peut-être voudrez-vous rester seul ou au contraire aurez-vous besoin de quelqu’un pour vous rappeler de prendre de profondes respirations ou encore préférerez-vous confier à quelqu’un les causes de votre peur. Les agents de bord ont l’expérience nécessaire pour soutenir les passagers angoissés, mais ils ne pourront peut-être pas se lever pour vous aider pendant le décollage et l’atterrissage (et c’est justement à ce moment que les passagers en ont besoin.)

7. SURMONTEZ VOTRE PEUR AVEC L’AIDE D’UN PROFESSIONNEL

Les réunions de groupe et les séances de thérapie peuvent vous aider à résoudre votre problème d’anxiété ou de claustrophobie avec l’aide d’un professionnel. Un grand nombre de compagnies aériennes s’impliquent pour aider les passagers à surmonter leur peur de prendre l’avion grâce à la bien nommée exposition thérapeutique. Les passagers suivent des cours qui comprennent des informations sur la situation à l’intérieur du cockpit et un vol réel. Parfois regarder sa peur bien en face est vraiment la meilleure thérapie.

8. CONCENTREZ-VOUS SUR CE QUI VOUS ATTEND À L’ARRIVÉE

Pensez aux incroyables tapas que vous découvrirez à Barcelone, aux délicieux sushis que vous dévorerez à Tokyo et au café que vous dégusterez au cœur de Notting Hill tout en observant les passants… Autant de plaisirs à découvrir à la fin de ce voyage que vous redoutiez tant et qui – comme vous l’avez déjà clairement compris – en valent vraiment la peine.

Explorez le monde avec EFEn savoir plus

Explorez le monde et étudiez une langue à l'étranger

En savoir plus