Dernières actualités sur le voyage, les langues et les cultures par EF Education First
Menu

Méga-bataille en anglais : UK vs US vs NZ vs AU vs SA (I)

Méga-bataille

Elle est enfin arrivée ! La bataille la plus épique de la langue anglaise depuis l’installation des pèlerins aux États-Unis – et c’est un débat d'envergure mondiale. Comment dit-on « fête » en anglais sud-africain ? Que signifie le mot « jandals » ? Nous voulons des réponses ! Que la bataille d'anglais commence.

Les adversaires en compétition :
Pour le Royaume-Uni : Tom
Pour les États-Unis : Martinique
Pour l’Australie : Erin
Pour la Nouvelle-Zélande : Fiona
Pour l’Afrique du Sud : Christine

1. HOW ARE YOU? (comment ça va ?)

Tom : « How’s it going? » est la formule de salutation de base au Royaume-Uni. Je ne suis pas vraiment sûr du sens du mot going dans cette déclaration, mais, après tout, ce n’est pas moi qui ai inventé l’expression, je me contente juste de l’employer.

Martinique : « Hi, how are you? » n’est qu’une formule de courtoisie et n’a pas vocation à vous inciter à raconter votre vie. Contentez-vous de toujours répondre : « Good, thanks, you? », à moins que vous ne connaissiez vraiment bien votre interlocuteur.

Erin : vous entendrez : « How’re ya goin’? », ce qui incitera souvent un non-Australien à penser au transport et à répondre de façon assez inexpressive : « hum, en bus? »

Fiona : en Nouvelle-Zélande, on dit : « howzit goin? », ce qui est une façon décontractée de saluer ses amis. Lorsqu’il s’agit de très bons amis, on peut alors dire « Howzit goin’ bro? »

Christine : en Afrique du Sud, nous disons : « howzit? ». C’est un excellent mot à utiliser si l’on manque d’énergie pour s’arrêter discuter et il est suffisamment amical pour vous attirer la sympathie de vos interlocuteurs. Si vous voulez précipiter vos liens d’amitié, employez la formule « Howzit ma bru? »

2. SPORT SHOES (chaussures de sport)

T : en Angleterre, nous employons le mot trainers, en référence à l’entraînement sportif (training), même s’il s’applique essentiellement à une chaussure décontractée, fabriquée par quelque marque de sport.

M : nous disons soit tennis ou sneakers, selon la région des États-Unis – la plupart des Américains emploie le mot tennis shoes, mais les habitants de la côte est tiennent à les appeler sneakers.

E : nous employons le terme de joggers, mais vous pourriez entendre des personnes plus âgées les appeler sandshoes (bien que ce mot semble plutôt désigner la version originale simple, en toile blanche).

F :running shoes désigne les vraies chaussures de sport. Et même si le mot se traduit par chaussures de course, on les utilise pour toutes sortes d’activités physiques.

C : le mot tackies (également prononcé takkies ou tekkies) désigne des chaussures en toile à semelles de caoutchouc. Étant donné qu’il vient du néerlandais, on le croit associé au mot tacky (quelque chose de collant), ce qui, je suppose, en est partie dû aux semelles en caoutchouc.

3. EXCELLENT

T : le nom standard utilisé pour désigner quelque chose de vraiment bien, au Royaume-Uni, est cool. De façon assez déroutante, cool peut aussi signifier froid, calme ou à la mode, en fonction du contexte.

M : on peut employer cool, mais pour réellement impressionner ses interlocuteurs et parader un peu, il est préférable d’utiliser : snatched, on fleek, sick ou sweet. Je sais que le double sens est déroutant, mais laissez-vous simplement aller avec assurance.

E :rad est une option populaire. C’est tout simplement l’abréviation de radical, qui était le mot cool à utiliser dans les années 1980.

F :« sweet as! » est le terme kiwi (néo-zélandais) pour désigner quelque chose d’excellent ou de bon, ce qui peut être déroutant lorsqu’il s’agit de décrire quelque chose d’également aussi sucré. Carrément bluffant.

C :kiff est le mot suprême tiré de l’argot des surfeurs sud-africains. Il est lié au mot néerlandais gif qui, autrefois, signifiait « poison » et a désormais évolué pour exprimer l’excitation des surfeurs sud-africains face à une énorme vague.

4. BARBECUE

T : ce mot vient de l’espagnol « barbacoa » et, au Royaume-Uni, nous écrivons barbecue avec un « c ». Certains pensent qu’il devrait s’orthographier BBQ, mais je ne discute pas avec ces gens-là.

M : aux États-Unis, nous disons barbecue, mais nous l’épelons généralement BBQ. Après tout, nous sommes au 21e siècle et tout doit donc être raccourci, à part, bien sûr, la durée de nos repas.

E : tout comme nos voisins Néo-zélandais, nous, Australiens, employons également le terme de barbie. S’il est un mot qui nous fait penser à l’été, c’est bien celui-là.

F : l’été ne serait plus le même sans l’excellent barbie ou BBQ kiwi ! Cette méthode de cuisson populaire est la base de nos repas d’été : il suffit d’allumer le barbie et d’y jeter quelques sausies (saucisses).

C : le mot braai désigne un repas cuit sur un feu à l’extérieur. Ignorez la pluie et jetez quelques boerewors (saucisses) et chops (côtelettes) sur le braai. Ou invitez tout simplement vos amis à un braai, auquel chacun contribuera. Allumer le braai et que la jol (fête) commence !

5. FLIP-FLOPS (tongs)

T : pour moi, le mot flip-flops désigne un type de sandales légères à porter l’été à la plage. Bizarrement, je ne saurais pas les décrire autrement que comme des flip-flops. N’est-ce pas une drôle de façon de parler ?!

M : nous disons des flip-flops lorsqu’il s’agit de sandales décontractées pour aller surfer à la plage. Les sandales, en revanche, sont plus raffinées et se portent plutôt pour un rendez-vous amoureux par une chaude soirée d’été.

E : en Australie, on les appelle thongs – à ne pas confondre avec les minuscules sous-vêtements !

F : en Nouvelle-Zélande, la forme la plus populaire de chaussures estivales s’appelle jandals – abréviation logique de « Japanese sandals », parce que, à l’origine, un Kiwi a créé dans du plastique la traditionnelle sandale japonaise en bois.

C : des tongs cools ? En Afrique du Sud, nous dirions « Those are some kiff slops! » (en voici des tongs cools !). J’ignore complètement d’où vint le mot slops. Peut-être quelqu’un trouvait-il ces sandalettes négligées (sloppy) ?

6. FRIEND (ami(e))

T : le nom standard destiné aux amis, au Royaume-Uni, est mate, bien qu’il ne soit généralement réservé qu’aux hommes. Pour les dames, vous devrez probablement les appeler par leur nom, parce que certaines d’entre elles n’apprécieraient guère d’être accueillies de la même manière que vos amis de sexe masculin et la situation pourrait rapidement dégénérer.

M : étant donné que les États-Unis sont les champions du monde des termes d’argot, vous pouvez utiliser le mot friend ou corser le jeu en employant des termes tels que dude, bro, sis, fam ou s’il s’agit de votre meilleur ami(e) : bestie.

E :mate est aussi communément utilisé en Australie entre hommes. Nous, les filles, employons souvent lady, en particulier dans la correspondance écrite, tandis que les hommes et les femmes emploient aussi le mot dude.

F : en Nouvelle-Zélande, nous utilisons également le terme de mate, mais la plupart du temps entre hommes. Les filles ont tendance à utiliser la version plus féminine de chickie.

C : voici un autre mot sud-africain aux origines néerlandaises – boet, qui se traduit littéralement par frère, est principalement destiné aux amis masculins. Mais lâchez-vous et employez la version abrégée du mot, bru, avec toutes les personnes que vous connaissez.

7. TO TEASE SOMEONE (taquiner quelqu’un)

T : en Angleterre, l’expression « take the mickey » signifie taquiner ou se moquer de quelqu’un. L’origine de l’expression vient de Mick, surnom donné aux Irlandais, parce qu’autrefois, les Anglais, se moquaient énormément des Irlandais (pour être juste, ils le méritaient bien).

M : autrefois on disait « pulling your leg » ou « yanking your chain », mais ce sont plutôt des expressions démodées. En général, je dis juste « I’m joking with you » ou « I’m teasing you », puisque, dans 96 % des cas, la plupart des gens ne comprend pas que je plaisante.

E : en Australie, nous disons « take the piss », mais on peut également utiliser le terme de « pay someone out ». Par exemple, « We paid him out for wearing that awful shirt » (nous l’avons chambré pour avoir porté cette horrible chemise).

F : en Nouvelle-Zélande, nous utilisons l’expression « take the piss », qui sert à ridiculiser les autres ou s’en moquer.

C : en Afrique du Sud, on « tune » les gens. En d’autres termes, on fait de la peine à quelqu’un (tune them grief) ou on est même un peu plus extrême en employant « tune people kak ».

Maîtrisez votre accent en anglaisEn savoir plus

Explorez le monde et étudiez une langue à l'étranger

En savoir plus