Dernières actualités sur le voyage, les langues et les cultures par EF Education First
Menu

7 phrases courantes en anglais qui induisent même en erreur les locuteurs natifs

7

Des expressions telles que « doggy-dog world » ou « nipping problems in the butt » ont probablement de quoi semer le doute.

Lorsque vous étudiez une langue étrangère, les expressions idiomatiques sont les parties les plus difficiles à saisir. Ces figures de style embêtantes déconcertent souvent les apprenants en langues en raison de références sans rapport avec la conversation en cours. En voici une : « Under the weather » qui signifie se sentir mal – mais que vient faire le temps (weather) dans tout cela ?

Il semblerait que ces expressions soient bien claires pour les locuteurs natifs, mais est-ce vraiment le cas ? En anglais, tout du moins, même les communicateurs les plus expérimentés se trompent de temps en temps. Voici un tour d’horizon des sept erreurs les plus souvent commises.

  1. « It’s a dog-eat-dog world » communément confondu avec « It’s a doggy-dog world »

Cette expression signifie que les gens sont intrinsèquement égoïstes et utilisent leur prochain pour avancer dans la vie. Cependant, lorsqu’ils sont prononcés à voix haute, les termes « dog-eat-dog » et « doggy dog » sont très similaires. (Lisez la suite et vous verrez que les homophones – mots qui se prononcent de la même manière, mais dont la signification est différente – sont à l’origine de la plupart de ces bévues.) Pourtant, je dirais qu’il ne s’agit pas d’une si grave erreur. S’il m’était donné de choisir entre un monde égocentrique ou adorable, je sais pour lequel j’opterais !

  1. « Whet your appetite » communément confondu avec « Wet your appetite »

« Whet » signifie « stimuler », cette expression veut donc dire aiguiser son désir. Il ne s’agit pas forcément de gastronomie, cela pourrait tout aussi bien être une photo de la Tour Eiffel qui « met en appétit » pour des vacances parisiennes. La raison pour laquelle les gens se trompent, c’est que le verbe « whet », ancien mot anglais, est rarement utilisé en dehors de cette expression, alors que « wet » dans le contexte de l’appétit évoque l’image de l’eau à la bouche, ce qui est tout aussi logique. Miam miam !

  1. « Sneak peek » communément confondu avec « Sneak peak »

Cette expression fait référence à un coup d’œil furtif ou à un regard en coulisses. C’est un peu comme voir la bande-annonce d’un film avant sa sortie ou jeter un coup d’œil privilégié à un sac à main de créateur très attendu. Dans les deux cas, nous parlons d’un coup d’œil (« peek »), plutôt que de tout un sommet de montagne (« peak »). Le raté ici est strictement écrit. Ne me demandez pas pourquoi il est tellement tentant d’épeler « peak » sur le modèle de « sneak » que même les gens les plus avertis ne semblent pas pouvoir s’en empêcher. Essayez, vous verrez. Puis, essayez « cheat sheet ».

  1. « I couldn’t care less » communément confondu avec « I could care less »

Imaginez que votre ex vienne juste de se remettre en couple avec quelqu’un d’autre. Vous voulez montrer que cela ne vous importe guère – que certains s’en soucient et d’autres pas du tout, comme c’est votre cas. « I couldn’t care less » est la façon correcte d’exprimer votre total désintérêt – c’est le cadet de vos soucis. Si, au contraire, vous dites « I could care less », comme le font tant de gens, cela témoigne d’un intérêt toujours aussi vif et, dans ce cas, vous avez encore du chemin à parcourir.

  1. « Pass muster » communément confondu avec « Pass mustard »

On utilise cette expression lorsque quelqu’un ou quelque chose ne répond pas à une norme acceptée. Je ne devrais pas avoir à vous dire que votre t-shirt portant l’inscription « Vivement vendredi » n’est pas convenable (pass muster) lors d’un entretien d’embauche en entreprise, même sous un blazer. « Muster » désigne le rassemblement des troupes pour une inspection. Donc, si vous voulez littéralement participer à un rassemblement, vous devrez vous y rendre vêtu d’un uniforme propre et chaussé de bottes luisantes. Si vous voulez passer la moutarde à votre voisin, présentez-vous plutôt à un stand de hot-dogs.

  1. « Nip it in the bud » communément confondu avec « Nip it in the butt »

Règle numéro 1 en jardinage : si vous ne voulez pas qu’une fleur s’épanouisse, vous en couperez (ou en « pincerez ») le bourgeon. De même que, dans la vie, si vous voyez se présenter un problème, vous y mettrez fin avant qu’il ne s’aggrave. C’est logique, non ? Pourtant, d’une certaine manière, cette expression a pris une sombre tournure. La métaphore jardinière s’est transformée en pincement de fesse, tout cela pour une question d’homophone. Combien de problèmes ont-ils été résolus par un pincement de fesse (butt) ? Je pense, au contraire, que cela pourrait plutôt en causer plus d’un.

  1. « You’ve got another think coming » communément confondu avec « You’ve got another thing coming »

Oui, vous avez bien lu. Cette expression est si largement utilisée que presque tout le monde s’y trompe, de l’ancien président américain Barack Obama au groupe Judas Priest (qui en a fait le titre d’une chanson). Le dicton original, qui remonte au XIXe siècle, est le suivant : « If you think that, then you’ve got another think coming », ce qui signifie que vous avez mal pensé la première fois et que vous devez être prêt à réfléchir à nouveau. Au fil du temps, la proposition d’ouverture a été abandonnée et le reste ajusté pour paraître plus intimidant (d’où son utilisation par les leaders mondiaux et les groupes de heavy metal). Quelle est cette « chose » à laquelle vous devez penser ? À votre place, je ne m’attarderais pas trop dans les parages pour le savoir !

Apprendre l'anglais avec EFDécouvrir