Les dernières informations sur les voyages, les langues et la culture par EF Education First
Menu

10 conseils pour une candidature à un emploi à l’étranger

Rédiger un curriculum vitae et une lettre de motivation est une tâche difficile, mais le faire dans une autre langue est bien plus difficile encore. Toutefois, nous pensons que sortir de votre zone de confort pour concrétiser votre rêve de partir travailler à l’étranger est une démarche géniale (qui vous fera largement oublier l’agonie liée à la rédaction de votre candidature). Nous allons donc vous aider (littéralement) de notre mieux à y parvenir.

La plupart des offres d’emploi commencent par une bonne candidature et chaque bonne candidature est précédée d’un certain nombre de recherches – cet article pourrait donc être un bon point de départ. Ensuite, grâce aux conseils énumérés ci-dessous, le tour devrait être joué :

1. DIFFÉRENCIEZ VOTRE CV ANGLO-SAXON (RESUME) DE VOTRE CV FRANÇAIS

Même si les mots resume et CV sont utilisés indifféremment en anglais, ils ne désignent pas le même document.

Votre CV est une liste détaillée de votre carrière, vos études et vos réalisations – il comprend (presque) toutes vos expériences professionnelles et ne change pas en fonction des différentes candidatures. En fait, si l’on devait comparer le CV à un long-métrage sur votre carrière, le resume en serait la bande-annonce. Il s’agit en fait d’un document beaucoup plus court – composé de préférence d’une page, mais jamais plus de deux – et des changements à adapter à l’emploi pour lequel vous postulez. En clair, le resume, qui ne couvre que les compétences et les réalisations importantes pour un travail particulier, a pour objectif d’offrir au responsable du recrutement un aperçu de qui vous êtes et de ce que vous pouvez apporter à son entreprise.

2. ET SAVOIR À QUEL MOMENT UTILISER L’UN ET L’AUTRE

Mais attendez, ce n’est pas tout – les deux documents sont également utilisés différemment à travers le monde. En effet, selon Undercover Recruiter, les Nord-Américains préfèrent généralement le resume (sauf demande contraire ou candidature pour un travail académique ou axé sur la recherche), tandis que les recruteurs et employeurs basés au Royaume-Uni, en Irlande, en Europe et en Nouvelle-Zélande utilisent en général uniquement le CV. Pour faciliter un peu les choses, les Australiens, les Indiens et les Sud-Africains utilisent les termes de façon interchangeable et, en règle générale, les resumes semblent être privilégiés dans le secteur privé, alors que les CV sont utilisés pour les postes du service public. Cependant, il sera préférable de vous renseigner (auprès du bureau des ressources humaines ou d’un ami sur place) sur la quantité d’informations à fournir.

3. CHOISISSEZ LA BONNE LANGUE

Il est important de rédiger votre candidature dans la langue de l’offre d’emploi. Vous pourrez toujours joindre une version traduite, si l’offre d’emploi n’est pas rédigée dans la langue du pays concerné (par exemple, si vous répondez à une offre d’emploi rédigée en anglais, en Allemagne, vous pourrez envoyer à la fois votre candidature en anglais et en allemand, sachant que l’anglais aura la priorité.) Vous pourrez aussi tout simplement créer différents profils LinkedIn dans chaque langue et envoyer le lien à la place d’un document supplémentaire.

4. PERSONNALISEZ, PERSONNALISEZ, PERSONNALISEZ

Veillez à toujours personnaliser votre candidature au pays, à l’emploi et à l’entreprise – en cas de candidature exceptionnelle montrant que vous avez effectué toutes vos recherches, vous pourrez vous en sortir avec toutes les formalités manquantes ou erronées. Choisissez uniquement les parties de votre CV les meilleures et les plus pertinentes pour rédiger votre resume ou votre lettre de motivation, et modifiez-les, supprimez-les et réorganisez-les implacablement pour accrocher votre public.

5. SOYEZ OUVERT EN MATIÈRE DE PERMIS DE TRAVAIL ET DE LANGUES

Ajoutez votre situation en matière de visa et mentionnez le type de permis en votre possession. Ne cachez pas ou n’omettez pas ces informations ; puisque le recruteur y aura finalement accès, mieux vaut lui faire gagner du temps et être honnête au sujet de votre situation. Il en va de même pour vos compétences linguistiques. Si vous avez indiqué parler couramment une langue, sachez qu’un locuteur natif saura immédiatement confirmer ou infirmer ce fait. Ce n’est pas l’endroit où tricher ni exagérer.

6. RESPECTEZ LES RÈGLES RELATIVES AUX PHOTOS

Ajouter une photo haute résolution de qualité professionnelle à votre candidature n’est pas forcément une bonne idée. Aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie, il ne faut jamais joindre de photo. En Allemagne et en France, en revanche, il faut en ajouter une. Il est important d’effectuer quelques recherches sur le sujet – trop de candidatures finissent dans la corbeille à papier, parce qu’elles ne respectent pas les règles (relatives aux photos). (La raison n’est généralement pas liée au fait que vous soyez ou non photogénique, mais plutôt d’ordre juridique, puisque les employeurs ne veulent pas risquer d’être accusés de discrimination, fondée sur l’apparence.) Si vous n’êtes pas sûr quant à l’ajout d’une photo, vous pourrez toujours indiquer l’URL de votre profil LinkedIn (personnalisé) à l’en-tête de votre CV – ainsi, le recruteur / responsable des RH aura encore une chance de voir votre photo.

7. EMPRUNTEZ LE RACCOURCI SUPRÊME VERS LES PAYS D’EUROPE

Si vous souhaitez travailler en Europe, vous n’aurez pas à réinventer la roue en présentant votre candidature. Consultez Europass – cet outil en ligne, qui vous aidera facilement à obtenir tous les documents nécessaires pour démontrer vos compétences et qualifications. Il comprend également des modèles de CV et de lettres de motivation.

8. CONCENTREZ-VOUS SUR LE DÉTAIL

En effectuant vos recherches, accordez une attention particulière aux détails qui pourraient faire ou défaire votre candidature avant même que quiconque n’ait pris connaissance de vos réalisations et de votre expérience. En Allemagne, par exemple, vous devrez signer et dater au bas de votre CV. Au Japon, vous devrez remplir (parfois à la main !) un rirekisho, CV japonais aux règles très strictes, ou un shokumu keirekisho indiquant vos expériences professionnelles. Dans de nombreux pays européens, il est coutume de mentionner l’âge (date de naissance), la situation maritale et même le nombre d’enfants, ce qui constituerait une rupture d’accord absolue aux États-Unis (donc, ne le faites surtout pas !) Parmi les détails importants, différents d’un pays à l’autre, on notera la mention (ou l’omission) des objectifs de carrière, des références, des notes (converties) et le nombre de documents nécessaires à joindre à votre candidature.

9. INDIQUEZ LES BONS CHIFFRES

Concentrons-nous sur des détails encore plus pointus. Vous marquerez encore plus de points en ajoutant l’indicatif pays à votre numéro de téléphone et peut-être même en mentionnant le décalage horaire. Il en va de même pour le format des dates (ordre du jour, du mois, de l’année) et du papier (au cas où vous enverriez une candidature imprimée). Cela indiquera l’ampleur de vos recherches et confirmera aussi le souci du détail dont vous prétendez être doté.

10. DEMANDEZ DE L’AIDE

Les candidatures professionnelles méritent toujours un maximum de correction orthographique et de relecture. Si vous en avez l’opportunité, demandez à un locuteur natif, ayant quelques notions en matière de grammaire, de style et de candidatures, de passer en revue vos documents. Si vous souhaitez postuler à un emploi dans un certain pays, à n’importe quel prix, embaucher un rédacteur de CV professionnel local pourrait être un bon investissement.

Renforcez votre candidature en améliorant vos compétences linguistiquesEn savoir plus

Partagez cet article

Derniers articles Carrière